Barrages au Canada

 
Il y a plus de 10 000 barrages au Canada dont 933 entrent dans la catégorie des « grands » barrages selon la définition de la CIGB. Ces barrages appartiennent aux gouvernements fédéral et provinciaux, à des services publics d’électricité, à des sociétés industrielles et minières, à des districts d’irrigation, à des municipalités et à des particuliers.

Certains des plus grands barrages dans le monde sont liés aux développements hydroélectriques et de résidus miniers canadiens. Parmi les autres structures de barrage au Canada, on compte des remblais de petite et de moyenne tailles pour l’agriculture et l’approvisionnement en eau. Dans tous les cas, les barrages doivent être conçus, exploités et entretenus de façon à ne pas présenter de risque inacceptable aux populations en aval. 
La grande majorité des grands barrages au Canada a été construite dans le cadre de grands projets hydroélectriques. Compte tenu de son abondance de rivières et de ressources hydrauliques, ce n’est pas surprenant que le Canada soit maintenant le plus grand producteur d’hydroélectricité du monde, générant 350 TWh/année. Ce débit représente 62 pour cent de la production d’électricité totale du pays, et plus de 13 pour cent du débit global d’hydroélectricité. Cette électricité est produite à partir de 450 centrales hydroélectriques et plus de 200 petites centrales hydroélectriques (moins de 10 MW). Au fil des ans, le Canada a développé une expertise reconnue dans le monde en énergie hydraulique ainsi qu’en conception, en construction et en gestion de projets de barrage. 

Le Canada est un pays riche en ressources hydriques, et ce n’est pas surprenant que seul un petit nombre des grands barrages au pays ait été construit uniquement pour l’irrigation, l’approvisionnement en eau ou la protection contre les crues. Toutefois, des centaines de petits barrages ont été construits à des fins d’approvisionnement en eau ou d’irrigation pour des particuliers. La plupart des barrages au Canada ont plusieurs fonctions, jusqu’à un certain point, et de nombreux barrages hydroélectriques permettent, dans une certaine mesure, de tirer profit de l’approvisionnement en eau ou de la protection contre les crues. 

L’irrigation et la construction de barrages pour assurer l’irrigation se sont développées principalement dans l’Ouest canadien en raison de l’abondance de terres appropriées pour l’irrigation, d’un manque d’humidité pendant la saison de croissance, et de la disponibilité d’eau de ruissellement en raison de la fonte des neiges. Par conséquent, les barrages d’irrigation les plus importants sont situés dans le Sud de l’Alberta, à l’intérieur de la C.-B. et sur le réseau fluvial de la rivière Saskatchewan. De plus petits développements ont été construits en Saskatchewan et au Manitoba pour récupérer l’écoulement nival de la région qui n’est pas directement lié aux montagnes. 

Les barrages d’alimentation en eau servent à approvisionner en eau les réserves domestiques urbaines et rurales, la navigation, l’industrie, l’assimilation des déchets et le refroidissement des centrales thermiques. Les grands barrages construits uniquement pour l’approvisionnement en eau ne sont pas si communs au Canada en raison de l’abondance générale de ressources d’eau dans la plupart des régions. Dans un grand nombre de régions, cependant, de plus petits barrages ont été construits pour servir un éventail de besoins d’approvisionnement en eau. De nombreux autres barrages, construits principalement pour l’hydro-électricité, l’irrigation ou la protection contre les crues présentent des avantages secondaires pour ce qui est de l’approvisionnement en eau. 

Pour assurer une protection contre les crues, le Canada utilise des barrages, des digues ou des digues de protection ainsi que des défluents de crues. Plusieurs régions du Canada sont sujettes aux inondations en raison, principalement, de l’abondance de ressources en eau et de températures saisonnières extrêmes. La fonte rapide des neiges est la cause principale des inondations, mais les chutes de pluie peuvent souvent accroître les effets de l’écoulement nival. Certaines régions, surtout les Prairies de l’Ouest, peuvent connaître des précipitations violentes en été, causant de graves inondations locales. Au Canada, les zones les plus susceptibles d’être inondées sont aussi les zones ayant été les premières à être peuplées et cultivées. La topographie des réseaux hydrographiques contribue aussi de façon importante aux crues potentielles. De nombreuses rivières en Colombie-Britannique se trouvent dans des vallées escarpées en forme de V et les rivières sont relativement abruptes, ce qui peut entraîner des hausses rapides des crues des rivières en raison de la fonte rapide des neiges. Dans la région des Prairies, la plupart des rivières et des ruisseaux sont des réseaux sous-adaptés dans les grandes voies d’évacuation glaciales. Lorsque la capacité du canal est dépassée, il peut y avoir inondation à grande échelle en raison du terrain plat bas qui l’entoure. 

Pour plus d’information sur les barrages au Canada, le CD Barrages au Canada est disponible auprès du directeur administratif, executive.director@cda.ca